Viktoria Modesta

Handicap & mode : à quand les collections adaptatives ?

Chacun d’entre nous en a déjà fait l’expérience à son échelle ; il peut parfois être compliqué de trouver LE vêtement qui épousera parfaitement nos formes. Taille, poids, morphologie : la mode est régie par de nombreux diktats et il est difficile de s’y sentir représenté. Mais qu’en est-il lorsque l’on présente une situation de handicap ? A quels obstacles cette frange de la population se confronte-t-elle ?

Une étude menée par l’INSEE en 2015 dévoile qu’un quart de la population française est en situation de handicap, soit 12 millions de personnes. Parmi eux, 325 000 souffrent d’un handicap moteur. En fauteuil roulant, âgé, isolé, s’habillant par nécessité… N’est-ce pas là le stéréotype que l’on se fait des personnes en situation de handicap? Or, le handicap touche des enfants comme des adultes, des femmes comme des hommes, de tout âge et de tout milieu.

En fonction de leur handicap, ces personnes présentent des besoins spécifiques en termes d’habillement. Une matière irritante aura une incidence directe sur la capacité de concentration d’un autiste. Pour une personne paralysée, enfiler un pantalon peut prendre une heure. En fauteuil, les poches sont difficilement accessibles. Un problème de dextérité, et il devient impossible de déboutonner une chemise. Voilà, pour n’en citer que quelques-uns, le genre d’obstacles auxquels cette communauté fait face au quotidien.

A l’occasion de notre Look Forward Fashion Tech Festival en juin dernier, nous recevions Stephanie Thomas. Elle-même née avec un handicap et confrontée à la frustration de ne pas trouver des vêtements s’adaptant à ses besoins, elle consacre depuis 25 ans sa carrière à apporter des conseils mode et lifestyle aux personnes souffrant de handicap, tout en dénonçant la représentation négative dont souffre cette communauté. Fondatrice et éditrice de Cur8able, elle est devenue une référence à ce sujet, et a notamment fait part de son expertise auprès de CNN, du Huffington Post mais aussi au cours d’un TEDx Talk.

"Actuellement, les personnes en situation de handicap ne sont pas considérées comme un segment de marché viable. Une meilleure représentation dans les médias permettrait de changer la vision des gens sur le handicap." Stephanie Thomas
Stephanie Thomas, une des intervenantes du Look Forward FashionTech Festival.

 

Au cours de sa conférence, Stephanie Thomas nous expliquait que garder sa dignité et son indépendance est primordial au bien-être des personnes en situation de handicap. Encore aujourd’hui, les collections adaptatives gardent une allure très « médicalisée ».

« Mon but est de leur donner les moyens d’acquérir un emploi à la hauteur de leurs espérances, pour qu’ils disposent d’une plus grande indépendance. Comme tout autre marché ayant été perçu comme non-existant, ou en marge, cela prendra du temps. » nous confiait alors Stephanie.

L’habillement est un critère essentiel à l’adaptation sociale, et les personnes en situation de handicap se battent pour leur droit à l’esthétique. Pourtant, les vêtements et accessoires à leur intention restent rares et chers. Leur donner accès à la même diversité de vêtements que le reste de la population, c’est leur éviter l’exclusion, tant sociale que professionnelle, et leur permettre de s’affranchir de leurs statuts de personnes handicapées.

Beaucoup de grands groupes développent aujourd’hui leur politique sociale à ce sujet, encouragés par des textes de lois et dispositifs spécifiques. Ils communiquent à propos de leur engagement, mais très peu développent pour le moment une offre marchande. Pourquoi? Par peur de stigmatisation pour certains, parce qu’il s’agit d’un « marché de niche » pour d’autres. Un marché de niche qui représente tout de même 10% de la population mondiale, ce qui en fait la plus large minorité, avec 650 millions de personnes (source : Nations Unies). Comme le mentionnait Stephanie Thomas, « en termes d’habillement, il existe aujourd’hui plus de choix pour les animaux de compagnie que pour les personnes handicapées». Or, ce segment de la population dispose d’un pouvoir d’achat aujourd’hui inexploité.

 

 

De nos jours, l’intégration des minorités est au cœur de l’actualité. Plusieurs initiatives ont été recensées dans l’industrie de la mode à ce sujet. En 2016, l’organisation Runway of Dreams a collaboré avec Tommy Hilfiger pour développer la collection adaptative Printemps-été enfants de la marque. Un événement marquant puisque pour la première fois, un aussi grand groupe créé une version adaptative d’une collection déjà existante. La mission de l’organisation Runway of Dreams est de faire en sorte que la mode grand public soit adaptée aux besoins de chacun. Dans la même lancée, mais en France cette fois, l’association Cover-Dressing, qui rassemble les mondes de la mode et du handicap, a créé le label « Bien à Porter », qui « permet aux clients ayant une mobilité réduite d’identifier aisément les vêtements les plus à même de leur convenir dans les rayons de prêt-à-porter » (Copyright : Cover Dressing). La marque Brice a annoncé sa collaboration avec l’association afin d’implémenter le label dans ses magasins

En dehors des collaborations des grands groupes, nous retrouvons aussi des indépendants, telle que la marque Nos Ateliers, vêtements pour femmes de petite taille, ou encore la créatrice Viktoria Modesta, qui a fait de son handicap un fashion statement fort.

En France, plusieurs marques se sont développées pour répondre aux besoins de ce segment. On peut notamment citer Constant et Zoé, qui a collaboré avec l’enseigne Promod, afin de sortir une chemise facile et rapide à enfiler pour les personnes en situation de handicap. La start up Zipsnap, elle, crée des pièces personnalisées en fonction des difficultés motrices de chacun, et en mettant l’accent sur le côté pratique, en assurant look et prix accessible.

Intégrer les personnes en situation de handicap passe surtout par le fait de les représenter au sein de notre société et leur offrir la possibilité de porter les mêmes collections disponibles au grand public. Les grands groupes de mode sont les plus à même de changer les mentalités. A ce sujet, notre experte mentionne que « maintenant que le modèle s’est montré prospère, les grands groupes seront plus enclins [à collaborer avec de petits designers sur des collections adaptatives]. Nous ne sommes qu’au début de cette phase, mais ces projets sont amenés à se démocratiser ».

 

Et la technologie dans tout ça ?

Dans notre article « LES WEARABLES ET LA SANTÉ : NOUVELLES APPLICATIONS», nous vous parlions de plusieurs projets innovants à but médical. Le 13 Novembre prochain, les start ups améliorant directement ou indirectement la vie des personnes en perte d’autonomie, malades ou handicapées, sont invitées à participer au HandiTech Trophy. Cependant, à une moindre échelle, chacun peut faire changer les mentalités, en se renseignant, en gardant la discussion active et en sensibilisant les populations.

 

L’ŒIL DE LOOK FORWARD :

 

À l’heure où la technologie permet une personnalisation à souhait, il semble inexplicable qu’aucune solution ne soit apportée aux personnes en situation de handicap. Alors, après les collections Petites, Tall et Curve, à quand les collections adaptatives ?