Environmental Commitment

LFFTF2017 : L’Engagement Environnemental dans la FashionTech

Qu’ils soient peintres, dessinateurs, musiciens ou designers, les artistes sont tout particulièrement attentifs à tout ce qui les entoure et y trouvent de nombreuses sources d’inspiration. Or, ce mercredi 2 août a marqué un tournant décisif dans l’histoire de l’humanité puisque nous venons d’épuiser l’ensemble des ressources que la Terre peut renouveler en une année. Etant désormais en tête des préoccupations sociétales, les problématiques environnementales ont guidé l’élaboration de nombreux projets artistiques. Le message transmis par ces créateurs et designers est sans équivoque : il est temps de repenser notre façon de consommer et de prendre conscience de l’urgence dans laquelle notre planète se trouve.

 

Nous vous présentons aujourd’hui les 7 projets exposés lors de la seconde édition du Look Forward FashionTech Festival, qui ont pour ambition de diminuer notre empreinte environnementale en réduisant nos déchets, en prenant soin des ressources disponibles ou encore en explorant de nouveaux usages.

 

The Birth of Venus par Danit Peleg

Figure incontournable de la FashionTech, Danit Peleg a permis à nos visiteurs de découvrir l’une des pièces de la collection The Birth of Venus. Entièrement créée par impression 3D, la robe exposée avait été introduite au grand public par la snowboardeuse Puerdy Anmy lors de la Cérémonie d’Ouverture des Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Beaucoup ne se rendent pas compte de la prouesse technique exécutée par la créatrice. En effet, Danit Peleg a réussi à rendre les filaments Filaflex, faits à partir de plastique, aussi fluides que n’importe quel textile utilisé dans l’industrie de la mode. Sur le long terme, cette innovation pourrait aider à réduire le nombre de déchets plastiques, tout en utilisant la quantité exacte de matériau nécessaires à la création d’un vêtement.

 

Augmented Jacket de Birce Ozkan

Conçue par biomimétisme, la veste de Birce Ozkan s’est inspirée du système de navigation des oiseaux migrateurs. Ces derniers détectent les variations du champ magnétisme terrestre pour s’orienter durant leurs vols. L’Augmented Jacket intègre un micro-contrôleur, des servomoteurs ainsi qu’une boussole électronique permettant d’indiquer le Nord à son porteur via un léger soulèvement des plumes ce situant sur ses épaules. L’objectif d’une telle innovation est d’aider l’Homme à développer son sens de l’orientation sans être obligé d’utiliser d’un appareil intermédiaire tel qu’un GPS.

 

Qmilch par Anke Domaske

Autre innovation textile présente au sein de l’exposition Look Forward FashionTech : QMilch. La designer et microbiologiste allemande Anke Domaske a développé un nouveau textile écologique et responsable à base de caséine, une protéine présente dans le lait de vache. Cette innovation a été élaborée dans l’optique de remplacer les tissus actuellement commercialisés tels que le coton ou le polyester. Des matières dans lesquelles nous pouvons bien souvent retrouver des traces de pesticides ou d’additifs. Cette fibre extra fine, chauffée à une température de 80° au lieu de 200°, consomme moins d’eau et d’énergie que la plupart des fibres vendues dans le commerce, tout en valorisant les quantités de lait excédentaires qui ne sont pas utilisées.

QMilk par Anke Domaske
Anke Domaske, QMilch 2012, Allemagne.

 

Solar Dress & Windbreaker par Pauline Van Dongen

Devenue une des pièces mythiques du monde de la FashionTech, la Solar Dress a été créé en 2013 par Pauline Van Dogen : il s’agit du premier projet intégrant des panneaux solaires à un vêtement. Faisant de notre corps une réelle source d’énergie renouvelable, la robe peut recharger un smartphone à 50% après avoir été exposée une heure au soleil. Cette création issue de la recherche Wearable Solar a suscité l’intérêt des guides touristiques des Wadden Sea Islands qui, ayant des difficultés à recharger leurs appareils électroniques durant leurs heures de travail, étaient à la recherche d’une solution pratique et fiable. C’est donc en collaboration avec la marque Blue Loop que la designer s’est lancée dans l’élaboration d’un coupe-vent unique en son genre. En effet, grâce à une fine pellicule solaire d’Alta Devices et à une batterie dissimulée dans la doublure de la veste, le porteur de la veste peut recharger tous types d’appareils (téléphone, GPS ou appareil photo) en seulement deux heures. Des créations qui nous prouvent que l’imagination des designers peut conduire à l’élaboration d’innovations FashionTech permettant de trouver une solution viable et commercialisable aux problèmes rencontrés par une partie de la population.

Solar Dress & Windbreaker par Pauline Van Dogen
Pauline van Dongen, Solar Dress et Windbreaker, 2013 & 2016, Norvège.

 

Symbiotic Interaction par Maria Castellanos et Alberto Valverde

 

Symbiotic Interaction par Maria Castellanos et Alberto Valverde

Lors de l’exposition, les visiteurs ont pu apercevoir un projet empreint de poésie : Symbiotic Interaction. Celui-ci regroupe deux vêtements mesurant les vibrations électriques émises par les plantes et ce, grâce à un système de capteurs et d’algorithmes. Ce projet a été inspiré d’une précédente création nommée Clorofila 3.0 qui, elle aussi, étudiait les pulsions électriques produites par les plantes selon les changements environnementaux comme la qualité de l’air. Ces changements sont retranscrits sous forme de sons en temps réel et sont amplifiés par 1 000 afin qu’ils soient audibles de la part des humains. Grâce aux capacités extra-sensibles des plantes suspendues à la robe et au sac à dos, les vêtements permettent de développer les capacités sensorielles du porteur afin qu’il soit plus à l’écoute et mieux informé de l’environnement qui l’entoure.

 

Human Sensor par Kasai Molga

Human Sensor est l’un des projets les plus spectaculaires et touchants du parcours « Engagement Environnemental ».  Asthmatique depuis sa plus tendre enfance, Kasia Molga a toujours été plus réactive à la qualité de l’air que la plupart d’entre nous. En créant le costume Human Sensor, l’artiste cherchait à partager son expérience afin de sensibiliser à la pollution environnementale. Le vêtement est capable de mesurer la composition chimique de l’air en temps réel, grâce à des capteurs placés dans le masque récoltant les données qui seront traitées via un micro-ordinateur. Le vêtement retranscrit par la suite les résultats de l’analyse. Si l’air est pur, le costume alternera des lumières bleues et blanches au rythme de la respiration du porteur. A l’inverse, plus l’air est pollué, plus le vêtement deviendra rouge.

 

Tranquilities par Galina Mihaleva

 

Tranquilitie de Galina Mihaleva

Dernière création de ce parcours, la robe Tranquilitie a su surprendre les visiteurs par son originalité. Contrairement aux créateurs précédemment cités, l’artiste Galina Mihaleva a souhaité concentrer son œuvre sur une pollution toute aussi envahissante que celle de l’air mais plus souvent ignorée : la pollution sonore. En effet, bien que la population n’en ait pas forcément conscience, la pollution sonore peut elle aussi profondément affecter la santé physique et mentale des individus. L’artiste a donc tenté de reconnecter les porteurs de cette robe à un environnement plus serein en géolocalisant, via Google Earth, les endroits les plus calmes de la planète. La robe reflète alors le taux de pollution sonore d’un lieu grâce aux capteurs et LEDs présents sur celle-ci. Le projet contient également un masque de réalité virtuelle proposant ainsi une immersion totale.

 

 

Comme nous avons pu le voir à travers la diversité des innovations exposées lors du festival, la FashionTech est loin d’être une simple concentration de créations extravagantes et invite à la réflexion sur de réels problèmes sociétaux. Grâce aux nouvelles technologies, la mode dépasse l’aspect purement esthétique pour devenir utile. La cause environnementale fait partie des thématiques les plus importantes et actuelles ce qui explique la multiplication des innovations dans ce domaine. Bien que certaines initiatives aient été commercialisées, comme le Windbreaker de Pauline Van Dogen, la plupart des créations artistiques développées dans ce secteur ont des difficultés à dépasser le stade de projet puisqu’elles sont difficilement transposables à notre vie quotidienne. A l’instar de Puma avec le projet Piñatex, salué par le jury des Look Forward Awards, les grands groupes de mode devraient adapter ce type d’innovations au monde de la grande distribution afin de les rendre plus accessibles et de proposer de réelles solutions face à une pollution toujours plus importante.