SLOW FASHION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LA MODE PAR MUCHANETA KAPFUNDE

Aujourd’hui, nous rencontrons Muchaneta Kapfunde, fondatrice et rédactrice en chef de FashNerd.com. Muchaneta a une forte connaissance de la fusion de la mode et de la technologie. En se concentrant sur l’évolution des tissus intelligents, elle a donné des conférences lors d’événements tels que la #FashionTech de Berlin, Munich Fabric Start et Look Forward. Les forces de Muchaneta comprennent le leadership, la création de marque et de contenu numérique. Sa vaste expérience et ses réalisations dans l’industrie de la mode ont donné naissance à FashNerd.com. Lancé en 2015, le magazine numérique se concentre sur la mode et le Life Style d’un point de vue technologique.

Instagram et toutes ces plateformes de blogs ont été révolutionnaires dans le monde de la mode au fil des ans, la mode embrasse la technologie de son côté. Quelle serait selon vous LA prochaine application?

La prochaine grande application va être d’améliorer notre expérience de magasinage. Il existe déjà des applications disponibles avec des fonctionnalités basées sur l’intelligence artificielle, en particulier dans l’industrie de la beauté, mais je pense que la fusion de l’IA avec la mode est encore à ses balbutiements. Par conséquent, les applications d’achat vont évoluer à mesure que la technologie s’améliore.

Les robots inspirent l’industrie de la mode, ils rivalisent avec les modèles réels, beaucoup d’entre eux sont comme des mannequins, des influenceurs et apparaissent même en première page de magazines de mode, tout en étant célébrés par des marques en dépit du fait qu’elles ne sont pas réelles. C’est un phénomène qui fascine autant qu’il inquiète. La mode devient-elle multidisciplinaire? Comment imaginez-vous l’industrie de la mode avec un secteur tel que la robotique?

Certains affirment que l’avenir appartient à des concepteurs multidisciplinaires, bien que le terme multidisciplinaire soit souvent utilisé dans les milieux universitaires plutôt que sur le marché. Je pense qu’Anna Fitzpatrick, qui a travaillé sur des projets de mode durable, a marqué un point en disant que les étudiants en mode doivent adopter une approche à l’échelle du système et multidisciplinaire. Quand il s’agit de robots, il est inévitable qu’ils feront partie, si ce n’est pas déjà fait, de l’émergence de la technologie dans la mode. Destinée à prospérer, la robotique dans l’industrie de la mode apportera des changements dans un domaine central, et c’est la fabrication. C’est dans cet espace que les avancées robotique profiteront à l’industrie de la mode dans son ensemble. Donc, bien que Sophia le robot était l’accessoire de mode incontournable de 2017, je pense que les robots humanoïdes ne seront pas le « gamechanger » dont la mode a besoin.

Il fut un temps où les marques faisaient ses collections sur le rythme naturel des saisons en lançant deux collections par an. De nos jours, la plupart d’entre elles lancent de nouvelles collections toutes les deux semaines. Certains magasins à Londres sont ouverts sept jours sur sept et 24 sur 24 à Dubaï. Un rythme infernal pour produire et consommer excessivement presque de manière compulsive. Avez-vous des solutions alternatives en faveur de la Slow Fashion ?

La mode fonctionne à la demande des consommateurs et la technologie est utilisée comme un outil pour répondre à ces besoins. Il est difficile de changer le comportement des consommateurs, mais il est plus facile d’offrir des solutions alternatives. Par exemple, Dutch Startup Lena offre une alternative à la Fast Fashion. Avec une valeur estimée à 500 milliards de dollars perdue chaque année en raison de vêtements rarement portés et rarement recyclés, Lena fournit une solution, une bibliothèque où vous pouvez emprunter des vêtements. Une excellente alternative à la Fast Fashion, ce concept «emprunter pour une semaine» encourage les consommateurs à emprunter au lieu d’acheter. Si vous tombez amoureux d’une paire de jeans que vous devez avoir, Lena donne également aux clients l’option d’achat pure et simple.

L’activisme de la mode est très tendance en ce moment, de nombreuses marques se positionnent comme féministes et prétendent défendre la diversité. Malheureusement, il y a toujours un stigmate attaché à la mode durable, et en général, il n’est pas considéré comme « cool » ou comme une priorité pour la plupart des consommateurs. Qu’en est-il à votre avis ? Quels sont vos meilleurs conseils pour les marques qui tentent d’être plus éthique ?

Quand on pensait à la mode durable, les tons terreux et les Birkenstocks* étaient généralement les premières choses que l’on avait en tête. Désormais, avec diverses marques utilisant la technologie comme un outil pour devenir plus durable, de nombreuses entreprises utilisent l’innovation technologique pour passer au vert. Juste quelques exemples: DuPont a fabriqué un polyester biodégradable appelé Apexa; Modern Meadow présentera un cuir fabriqué à partir de levure; et Thread International fournit des tissus fabriqués à partir de bouteilles en plastique recyclées. Il suffit de regarder la collaboration entre Stella McCartney et Bolt Threads, Adidas et Parley, Dropel Fabrics et Ceam pour réaliser que l’avenir de la mode est vert. En ce qui concerne les meilleurs conseils pour les marques, je dirais qu’ils devraient considérer la technologie habituelle comme un outil. Ils doivent également considérer la durabilité comme faisant partie de leur objectif de marque plus qu’un simple coup de RP. Ils devraient également regarder leurs clients, ce qu’ils veulent et ont besoin.

Un conseil pour nos lecteurs souhaitant consommer de manière durable ou voulant avoir une garde-robe plus éthique ?

Connaissez votre marque. Nous écrivons sur des marques faisant la différence. Je crois fermement que l’éducation des gens sur « qui a fait leurs vêtements » est un bon début. À l’avenir je prévois que la Blockchain jouera un rôle central dans les décisions d’achat des consommateurs.

* sandales portées par des gens se préoccupant de l’environnement