Les wearables et la santé : nouvelles applications

Aujourd’hui sur le blog Look Forward, focus sur les technologies wearables!

En guise d’introduction, le marché du wearable a augmenté de + 29% en 2016, avec 101,9 millions d’unités vendues, selon L’International Data Corporation (IDC) Worldwide Quarterly Wearable Device Tracker. L’organisation prévoit que le marché atteindra plus de 213 milliards d’unités vendues d’ici à 2020. Il donc venu le temps du bilan, tout en présentant comment ces technologies peuvent améliorer la façon dont nous vivons, mais aussi dont nous traitons et récupérons de maladies lourdes.

I) SELFTRACKING & PROMOTION D’UN MODE DE VIE SAIN

Au-delà des smartwatches et des bracelets, d’autres entreprises tentent d’imposer de nouvelles façons de porters les wearables, l’application la plus évidente pour le moment restant cependant le fitness et le tracking d’activités.
Souhaitant toujours aller plus loin dans l’intégration de technologies, certaines startups développent de nouveaux produits : ainsi, les chaussettes connectées de Sensoria peuvent vous fournir des informations sur le rythme, la distance et le temps ainsi que votre style de votre course. Un coach digital, couplé à une AI, vous permet de travailler de manière plus efficace votre condition physique, de réduire votre temps de récupération et les risques de blessures. Motiv soutient quant à elle une approche plus ambitieuse avec son nouvel anneau, couvert de  titane et pouvant être porté sur le doigt, toute la journée, tous les jours,  afin de suivre son sommeil et sa forme physique (étapes, calories, distance et fréquence cardiaque) pendant cinq jours sans chargement.

 

L’anneau intelligent développé par Motiv (source: Wareable)

 

Mais plus que le suivi, les wearables peuvent également offrir une solution adaptée à la récupération physique comme la stimulation musculaire: PowerDot est par exemple le premier stimulateur portatif connecté au monde, prétendant aider les différents muscles à se remettre, renforcer son tonus ou son énergie et aider à une récupération plus rapide… Les entreprises plus importantes comme Jawbone, FitBit, Samsung ont tous essayé d’inonder le marché avec des produits répondant à des situations de plus en plus précises, mais la demande reste à la recherche d’autres applications pour les wearables.

En effet, plus que le suivi de la condition physique, les consommateurs souhaitent surveiller d’autres aspects de leur vie quotidienne grâce à des wearables. Selon Lumoid, un service d’essai avant l’achat axé sur ces produits, plus de 72% des femmes dites « millenials » » déclarent vouloir utiliser un wearable uniquement pour suivre leur sommeil – et non le nombre de pas, les calories dépensées ou le rythme cardiaque. De tels systèmes de suivi existent principalement sous deux formes, en intégrant parfois même une alarme intelligente et silencieuse: de nombreuses startups développent des accessoires pour le lit ou des bracelets intelligents. Des produits comme ceux des entreprises telles que Sleepdot, Beddit peuvent être intégrés dans un matelas, un drap ou des oreillers afin de suivre votre cycle de sommeil, vos mouvements et vos mauvaises habitudes avant de se coucher. Associé à des applications personnalisées intégrant un système de coach virtuel et de gamification, ces produits pourraient vous aider à mieux dormir, réduire votre niveau de stress, avoir plus de tonus …

Une autre tendance forte identifiée réside dans la surveillance de l’exposition aux UV. Nous avons déjà parlé de la protection UV dans l’un de nos derniers articles, échangeant avec le fondateur de Wired Beauty, Stanislas Vandier.  Spinali Design, une marque française de FashionTech, va plus loin en créant des vêtements connectés, notamment des jeans, des robes et des bikinis. La collection de maillots de bain Neviano UV Protect est par exemple équipée d’un capteur étanche amovible, sous forme de médaillon, qui vise à vous empêcher de rester trop longtemps au soleil. Certains capteurs sont même incorporés dans un patch à mettre sur la peau : L’Oréal, avec un dispositif jetable de la taille d’un petit sticker, intègre 16 petits carrés qui changent de couleur lorsqu’ils sont exposés à la lumière UV. Ce patch sera distribué gratuitement cet été lors de campagnes de sensibilisation contre le danger d’une longue exposition au soleil.

 

Le patch développé par Laroche Posay, entreprise du groupe L’Oréal

 

Plus que monitorer votre sommeil ou votre activité, les wearables peuvent également sauver votre vie, tout simplement ! Un exemple frappant serait WearSafe. Au cours d’un accident ou d’une crise, Wearsafe partagera  instantanément à votre réseau toutes les informations et outils nécessaires pour envoyer la bonne aide : médecins, pompiers, proches. En combinant la gestion des alertes, l’envoi d’aide et les rapports d’incidents dans une interface Web, ce gadget offre une meilleure connaissance de la situation et des temps de réponse plus rapides de la part des autorités. C’est une dimension des technologies wearables qui doit être soulignée aujourd’hui, car elle implique également d’autres industries, de l’healthcare à l’automobile, en passant par l’assurance. Cela a été mis en évidence lors de notre table ronde Smart Textiles, où Patrick Dixneuf (DG d’Aviva France) nous a rejoint afin d’évoquer ce sujet précis durant notre FashionTech Festival. (Pour plus d’informations, voici la conférence complète!)

 

 

II) LES WEARABLES REVOLUTIONNANT LA MEDECINE: EXTRAIRE PLUS DE DONNÉES SUR L’ETAT DU PATIENT, PERMETTRE L’AUTO-CONSULTATION ET UNE RÉCUPÉRATION PLUS RAPIDE

D’autres wearables axés sur la santé se développent, pariant sur le développement de la médecine connectée. Un de ces concepts a récemment été approuvé par la FDA, en visant spécifiquement le suivi et le traitement de la maladie de Parkinson. Le Personal KinetiGraph, de Global Kinetics Corporation, basé en Australie, peut être prescrit chez une personne atteinte de Parkinson par son médecin. Le patient prend alors l’appareil chez lui et le porte à la maison. Celui-ci peut collecter et stocker jusqu’à 10 jours de données de mouvement, qui sont ensuite téléchargées par le médecin. Le personnel soignant peut les utiliser pour obtenir une évaluation plus précise de la mobilité du patient. Le dispositif, porté au poignet, est déjà utilisé en Australie, mais n’est pas en cours disponible aux Etats-Unis et en Europe.

 

Le Kinetigraph, innovation australienne dans la lutte contre Parkinson (source: Kinetics Corporation)

 

Un autre exemple serait Braster, une société polonaise qui a breveté une technologie de pointe. Grâce à cette technologie unique de thermographie de contact à cristaux liquides, Braster détecte les changements thermiques dans les seins, ce qui peut indiquer la présence de tumeurs malignes. C’est un moyen sûr et facile de vous  examiner à la maison!
Mais plus que simplement assurer une surveillance médicale plus longue et plus précise, certains wearables peuvent aider pleinement les personnes à se remettre d’une maladie dans le confort de leur maison, en remplaçant les exercices prescrits par des kinésithérapeutes ou des ostéopathes. Le gant intelligent Rapael est un gant exosqueletique qui aide les personnes qui ont eu des accidents vasculaires cérébraux, et d’autres patients atteints de traumatismes musculo-squelettiques à retrouver une mobilité de leurs mains. À l’aide d’un capteur Bluetooth, le gant mesure le mouvement du patient pendant un exercice de 30 minutes et crée un programme d’exercices basé sur les besoins du patient et présenté dans une interface gamifiée. Une version du Smart Glove est utilisé dans les hôpitaux depuis 2014, mais une nouvelle édition à domicile est maintenant disponible pour les patients afin de se remettre de leur domicile. Un autre produit de Neofect, le Rapeal Smart Board aide les patients atteints de mobilité de l’épaule et du coude.

 

Le Rapael Smart Board de Neofect permet une convaslescence depuis chez soi

 

Mais ces objets connectés peuvent également traiter  des problèmes plus…  intimes. Elvie, une marque high-tech et lifestyle créée par Alex Asseily et Tania Boler, spécialisée dans les objets connectés conçus par les femmes pour les femmes en est un exemple. Le premier produit d’Elvie, un object connecté couplé d’un coach suivant la méthode Kegel lancé en 2015, aide les nouvelles mamans et les femmes vivant des problèmes d’incontinence à  rééduquer leurs muscles pelviens, réduisant les risques urinaires et augmentant la libido.
Un dernier projet qui a également attiré notre attention vient de Doppel, basé à Londres, mettant sur le marché un wearable influençant sur notre humeur. Le bracelet comporte un capteur placé à l’intérieur du poignet de l’utilisateur. Il émet alors une vibration simulant un battement de coeur, dont le rythme peut être abaissé ou augmenté à volonté, prétendument pour augmenter sa vigilance ou se déstresser. Il sera lancé dans quelques mois et est déjà disponible en précommandé!

L’œil de Look Forward

Si l’industrie du wearable mass-market est encore en pleine croissance, de plus en plus de startups propose des services à de nouveaux clients: pas seulement les passionnés à la recherche d’un mode de vie sain, mais aussi les personnes atteintes de maladies lourdes et les professionnels de la santé. Cependant, les questions en suspens restent les mêmes: les mises en chantier usables répondront-elles finalement aux besoins des consommateurs, et vont-elles encore plus loin dans l’expérience de l’utilisateur? Comment assurer la vie privée et la sécurité des données collectées, en particulier sur des sujets aussi sensibles que les soins de santé?