Parcours sur l'impact de l'immatériel

LFFTF2017 : Quand l’immatériel s’immerge dans la FashionTech

Jusque-là tangible et concrète, la mode était un domaine aux règles prédéfinies et matérialisées. Mais au-delà de l’aspect esthétique qu’apportent les vêtements, ces derniers sont porteurs de messages et d’émotions. Il permettent entre autres de retranscrire l’identité d’une personne, ses origines, ses espérances… La mode étant avant-gardiste, c’est sans surprise qu’elle s’est emparée des technologies telles que les hologrammes, la rétroprojection ou la réalité virtuelle, poussant les designers et créateurs de mode à s’en inspirer pour créer des vêtements étonnants permettant l’élaboration d’un nouveau moyen de communication à la frontière du réel et du virtuel.

 

Découvrez ou redécouvrez ces 8 projets jouant habilement entre l’intangible et la mode traditionnelle, présentés au sein de l’exposition du Look Forward FashionTech Festival en juin dernier.

 

Connected colors & Kacho Fugetsu par Nobumichi Asaï

Débutons par deux projets particulièrement novateurs : les maquillages numériques. Nobumichi Asaï, du studio WOW, a su surprendre les spectateurs par ses créations : Connected Colors & Kacho Fugetsu. Artiste numérique japonais, il explore l’art du mapping facial en temps réel. Selon ce dernier, le monde naturel peut être décomposé en lois algorithmiques et ainsi s’apparenter au monde de la programmation informatique. C’est ce que l’artiste cherche à nous démontrer à travers ses œuvres, qui sont de réelles propositions de mise en dialogue entre ces deux mondes.



 

Pour Connected Colors, l’objectif était de se concentrer sur les couleurs présentes dans la nature pour créer un maquillage numérique permettant de mettre en valeur le désir des êtres humains de vivre en harmonie avec celle-ci. Le maquillage Kacho Fugest propose un spectacle poétique s’inspirant une nouvelle fois de la nature et de la diversité de ses couleurs.

 

Ces créations artistiques ont permis aux visiteurs de se rendre compte qu’il était possible de se sublimer par l’irréel et l’imaginaire. Lady Gaga l’a également bien compris puisque, lors de sa prestation aux Grammy Award de 2016, elle a surpris son public en plus offrant un spectacle musicale mais également numérique grâce au mapping de Nobumichi Asaï.

 

Reflect par Kunihiko Morinaga – Anrealage

 

Reflect de Anrealage
La collection Reflect de Anrealage – Crédit : Anrealage

 

Avec cette nouvelle création, l’exposition du Look Forward Fashion Tech Festival a encore une fois touché du bout du doigt la frontière entre le tangible et l’intangible. Designer pour la marque Anrealage, Kunihiko Morinaga nous a fait l’honneur de nous partager deux pièces de la collection Reflect. Faites de tissus photosensibles, les créations d’apparence neutre à la lumière naturelle cachent en réalité de beaux motifs colorés pouvant être révélés grâce aux flashes des smartphones de nos visiteurs. Ce projet pousse à réfléchir sur ce qui est réel ou non, visible ou pas. Entre rêve et illusion, la collection Reflect demande l’intervention du numérique afin de se dévoiler au grand jour.

 

No(where) Now(here) par Ying Gao

 


 

Lors du Look Forward FashionTech Festival nous avons eu également l’opportunité d’exposer l’une des créations poétiques de Ting Gao : No(where) Now(here). Inspirée de l’essai « Esthétique de la disparition » de Paul Virilio (1979), la robe se mouve dès que quelqu’un la contemple. Un tour de magie vous dites ? Il s’agit en fait d’oculométrie ! L’œuvre est ainsi constituée de fils photoluminescents et d’organza, un des matériaux les plus légers que l’on puisse trouver. Comme tout droit sorti d’un livre de conte de fée, la robe donne l’impression d‘être cousu de fils de lumière et permet de s’interroger sur le concept de la présence et de la disparition, sur l’expérience du clair et de l’obscur.

 

Nuit Blanche par Anja Dragan

 

La vest Nuit Blanche d'Anja Dragan & Elektrocouture
 

La veste Nuit Blanche est inspirée de ces nuits sans sommeil qui accompagnent les artistes dans leurs processus de création. Anja Dragan a intégré au vêtement pas moins de 336 LEDs Osram, un travail de précision réalisé en collaboration avec Forster Rohner Textile Innovations, spécialisé dans les techniques de broderie de pointe. L’une des priorités de ce projet était de rendre cette veste portable, c’est-à-dire lavable, pliable et repassable. La prouesse de ce vêtement connecté se trouve dans l’utilité fondamentale d’un habit. A l’instar du Windbreaker que vous avez pu découvrir lors d’un précédent article sur le parcours sur l’engagement environnemental, Nuit Blanche est un produit qui pourrait tout à fait être commercialisé puisqu’il présente les caractéristiques requises d’un vêtement traditionnel.

 

Bodyscape de Behnaz Farahi

 

Bodyscape de Behnaz Farahi
Bodyscape de Behnaz Farahi – Crédit : Behnaz Farahi

 

Cette année, l’artiste Behnaz Farahi nous a confié une pièce encore en cours de création du nom de BodyScape. Contrairement aux précédentes œuvres, la création est inspirée du fonctionnement du corps humain. A travers ce projet, l’artiste voulait que le porteur du costume puisse s’exprimer grâce aux mouvements de son propre corps. L’œuvre est éclairée selon les lignes de Langer, qui sont les parties du corps ayant le moins de tension. Grâce à ces illuminations, retranscrites auprès des microcontroleurs via un gyroscope qui détecte et traque les mouvements des épaules, BodyScape propose une chorégraphie lumineuse et bucolique.

 

KG Project par Kailu Guan

 


 

Puisant son inspiration dans l’expérience unique et interactive qu’offre la réalité virtuelle, Kailu Guan a créé une collection de vêtements permettant à son porteur et à ceux qui l’entoure de vivre une expérience immersive en deux temps. Repoussant les limites de la mode traditionnelle, l’artiste nous fait découvrir une première fois son œuvre sans aucun  artifice puis, une seconde fois, sous une dimension nouvelle au travers de la réalité augmentée. C’est grâce à de la sérigraphie, une technique d’imprimerie qui utilise des pochoirs, et à l’utilisation d’un smartphone que les motifs imprimés du vêtement prennent vie sous les yeux ébahis de ceux qui les contemplent, révélant les animations numériques cachées de ces créations.

 

Kinisi par Katia Vega


 

Designer Beauty Tech à l’imagination fertile, Katia Vega n’en est pas à sa première création liant esthétisme et technologie. Créé en 2014, le projet Kinisi consiste à disposer des capteurs sur des points musculaires bien précis pour saisir les mouvements ainsi que les expressions du visage du porteur. Transformant le visage en véritable plateforme interactive, le rouge à lèvre, les faux-cils ainsi que l’eye-liner conducteur permettent à son utilisateur de contrôler la fréquence d’illumination des LEDs présentes sur sa coiffe.

 

Bien qu’offrant des solutions aux problèmes sociétaux auxquels nous sommes quotidiennement confrontés, les innovations FashionTech peuvent nous permettre de s’évader loin de ces derniers, créant un art nouveau illustrant la transition d’un monde désormais poussiéreux vers un futur embrassant le monde de l’illusion. Reste à ces créations originales à ouvrir la voie vers une mode du futur accessible à tous…